Sommaire

Depuis une dizaine d'années, le nombre de bateaux en fin de vie augmente dangereusement.

Ainsi, rien qu'en France, environ 5 000 bateaux de pêche, une centaine de navires de guerre et près de 400 000 bateaux de plaisance devraient être démantelés ou sont inutilisés. Environ 20 000 bateaux français par an sont en fin de vie.

Pourtant, les filières de démantèlement des navires en France ne se développent pas en conséquence. Petit tour d'horizon de l'état actuel du recyclage des navires.

Recyclage de bateaux : des filières de démantèlement peu développées

En France, les entreprises de démantèlement des navires sont presque inexistantes :

  • Seuls la Belgique et le Danemark, en Europe bénéficient de filières efficaces pour le démantèlement des navires marchands.
  • En ce qui concerne les bateaux de pêche, ceux de plus de 10 mètres sont démantelés en France grâce aux financements des plans de sortie de flotte européens.
  • En revanche, les bateaux de plaisance sont bien souvent laissés à l'abandon dans les ports car difficiles à recycler.

Pour des raisons financières, plus de 9 bateaux européens sur 10 sont déconstruits en Asie :

  • Une fois arrivés sur les plages, ils sont démontés extrêmement rapidement par des centaines d'ouvriers évoluant sur des échafaudages de fortune. 
  • Cette obligation de rapidité, dans des conditions précaires, donne lieu à de nombreux accidents, en plus de nuire à la qualité des matériaux recyclés.

L'Association pour la Plaisance Eco-Responsable, une filière française active

Le 24 février 2009 est née l'APER (Association pour la Plaisance Eco-Responsable) :

  • Cette structure a pour vocation d'organiser le programme BPHU (Bateaux de plaisance hors d'usage), qui promeut le fonctionnement d'une filière de démantèlement labellisée et éco-responsable des bateaux de plaisance en fin de vie.
  • L'association est présente dans 27 centres en France.

Démantèlement des navires : quelles procédures ?

Le démantèlement d'un bateau en vue du recyclage de ses matériaux comporte plusieurs étapes :

  • Le bateau est d'abord affecté à un centre régional de déconstruction propre, ainsi qu'à des entreprises possédant un label éco-responsable de gestion des déchets.
  • Il est ensuite désarmé. On retire les mâts, les haubans, on déboulonne la quille et le safran et on extrait les ensembles mobiles.
  • On procède ensuite à la dépollution du site. On récupère ainsi les fluides, on vidange les réservoirs et on extrait les produits toxiques et les matériaux dangereux et souillés.
  • Les ensemble métalliques, le mobilier et les matériaux électriques sont démantelés.
  • La coque est séparée du pont. On extrait totalement les parties composites et non composites du bateau.
  • Les différents matériaux sont broyés, affinés et triés, afin de les séparer et les reconditionner. Ils seront alors transférés et traités dans des filières spécifiques de gestion des déchets.
  • La dernière étape consiste à gérer les différents éléments extraits, qui sont recyclés, valorisés et traités par des filières spécialisées.

Pour approfondir :

Recyclage

Recyclage : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles sur les déchets et leur traitement
  • Des conseils sur le tri des déchets
Télécharger Mon Guide

Ces pros peuvent vous aider